C'EST POUR 30 ANS !

Publié le par Lucile Guérin

La fameuse cuisinière à bois du Morvan est connue de nous tous. Elle nous a chauffés, nous a permis de cuisiner de bons petits plats, aussi bien dessus que dans le four, sans compter les nombreux pains dont l'odeur pendant la cuisson nous mettait en appétit.

 

C'EST POUR 30 ANS !
C'EST POUR 30 ANS !

Mais la pauvre était bien malade.

Le four ne fermait plus hermétiquement, la trappe arrière était maintenue avec du mal par un bout de bois, la porte du foyer était remplacée par une plaque dont la poignée maison était partie... si ce n'est l'allumage qui souvent nous enfumait pendant un moment, la combustion était parfaite et pouvait durer toute une nuit.

C'EST POUR 30 ANS !C'EST POUR 30 ANS !
C'EST POUR 30 ANS !

Il fallait la changer. La décision avait été prise après plusieurs dimanches de débat lors des déjeuners à la ferme.

Et pourtant nous regrettions déjà de l'envoyer à la casse.

Alors avant son départ sans retour nous nous sommes préparées une raclette puis lui avons fait nos adieux.

C'EST POUR 30 ANS !C'EST POUR 30 ANS !C'EST POUR 30 ANS !

Mercredi 22 mars 2017 à 8h 30, les installateurs de la Nouvelle arrivaient.

L'ancienne a été enlevée et Paulue (c'est son nom) a pris sa place. Un ramonage et quelques ajustements pour le nouveau tuyau, c'était prêt  pour une période de 30 ans !

 

C'EST POUR 30 ANS !

Nous l'avons rodée puis avons testé la plaque de cuisson et même le four.

Il reste à initier les habitants de la maison aux différentes manettes pour ne pas l'abîmer trop vite.

C'EST POUR 30 ANS !
C'EST POUR 30 ANS !C'EST POUR 30 ANS !

Nous l'avons admirée tout l'après-midi et le lendemain matin. Une chaleur douce s'est répandue dans la pièce, les pommes de terre ont rissolées à plaisir, dommage, nous n'avons pas eu le temps de faire du pain, il fallait rentrer.

C'est à regrets que nous avons quitté la maison des Gardebois encore chaude. Mais nous y retournerons avec vous pour partager encore de bons moments dans cette belle région vivifiante.

Paule et Lucile

Commenter cet article